Catégories


Ma vie est passionnante, alors pour éviter de vexer qui que ce soit ou de faire des jaloux, je n'en parlerai pas.
Mes passions sont les meilleures. Donc là encore, je n'en parlerai pas. Enfin, pas trop.
Du coup, il y a quoi sur ce blog ? Bah de tout en fait. Ce qui va me faire vibrer un peu au quotidien.
Bon courage, ça risque d'être gratiné.

Galerie Instagram

mardi 10 septembre 2013

Dijon Véloutour 2013

Ce week-end à Dijon, c'était la fête.
Tout d'abord samedi avec l'inauguration du Musée des Beaux-Arts. Réouverture très attendue après de nombreuses années de travaux des bâtiments et de restauration des œuvres. Pour célébrer cet événement, un défilé (malheureusement pluvieux) était organisé en centre-ville samedi matin, avec chars, musiciens, danseurs et m. le Maire, François Rebsamen. Le musée, lui, était ouvert jusqu'à minuit. L'occasion d'une petite visite nocturne dont un petit récap photos suivra dans les prochains jours.

Et puis il y a eu dimanche.

Et le Vélotour 2013 de Dijon.

Alors, avant de vous parler de MON Vélotour, je vais vous expliquer un peu ce que c'est.
Le Vélotour, c'est un événement créé en 2006 par deux étudiants pour dynamiser notre bonne vieille et belle ville de Dijon. L'idée ? Créer un rendez-vous convivial, ludique et tout petit sportif quand même, mais surtout accessible à tous qu'on soit tout petit ou tout moins jeune. Du coup, ils ont mélangé ballade à vélo et valorisation du patrimoine historique et culturel, respect de l’environnement, le lien social, l’accès au sport pour tous, les quatre piliers de l'événement.
Et ça marche ! Cette année, c'était la huitième édition. Et en plus l'événement, qui rassemble pas moins de plusieurs dizaines de milliers de participants, a fait des petits puisqu'on peut maintenant y participer à Orléans, à Marseille et maintenant à Grenoble.
À quand le Vélour à Paris ?

Pour revenir un peu sur les quatre piliers, l'accès au sport pour tous est essentiel. On connaît tous manger, bouger, la fameuse devise qui nous incite à faire attention à ce qu'on met dans notre estomac et à nous dépenser, parce que le sport, c'est bon pour notre santé. Oui, mais voilà, pas toujours évident de s'y mettre. Le Vélotour, c'est l'occasion. Et en plus, on peut le faire entre amis, en famille ou même en solo parce que l'esprit est vraiment convivial et de toute façon, on finit par parler à tout le monde (deuxième pilier : lien social, check !). Autre aspect intéressant de cette ballade à vélo, eh bien c'est le vélo justement. Plusieurs milliers de participants et pas une seule émission de produit polluant. Le Vélotour c'est propre, et ça c'est chic. Dernier pilier : la culture. Comme je vous l'expliquais plus haut, ce rendez-vous est le moyen de mettre en valeur le patrimoine culturel et historique de la ville. En effet, avec le Vélotour, on traverse la ville ET les bâtiments en vélo. C'est un peu les journées du patrimoine en avance et à vélo.
Bien sûr, le parcours change chaque année. Pas à 100%, mais suffisamment pour faire découvrir aux participants de nouveaux lieux.

Cette année, on comptait 28 "passages" répartis sur trois boucles : la boucle principale de 15 km, et deux boucles optionnelles de 4 et 6 km chacune.

Le point de ralliement pour le départ était sur le parking du Palais des Sports de Dijon. Mais mon parcours à moi a début plus loin, de l'autre bout de Longvic.

Au bout de 2,5 km, BOUM. Un pneu crevé ? NON... un pneu éclaté.... Bon, bah... "Papa ! Problème, là !" Oui, moi le Vélotour, je le fais avec papa. Heureusement, papa il est fort et il avait la solution. "Bon bah, on appelle ta mère. Elle va nous amener mon vieux vélo". Merci Papa !
Aussi tôt dit, aussi tôt fait et voilà maman qui débarque avec le vélo de secours. Pas si vieux que ça, et qui m'a permis de continuer le périple tranquillement jusqu'à la fin.

Ah, juste pour vous rendre compte, voici la carte de mon parcours, débuté pas depuis chez moi, parce je suis trop classe, mais j'ai pas de tête, et j'ai pas allumé le GPS assez tôt (application Nike+ Running, c'est pas fait pour ça, mais ça marche quand même !) et le parcours commence du coup à l'arrivée de mon vélo de secours.
Et se termine quelques kilomètres avant la fin, parce que plus de batterie... Mais où était donc ma Xoopar ?? Ah, oui. J'en ai pas... Va falloir remédier à cela rapidement, parce que le GPS, il bouffe toute la batterie l'iPhone.

Arrivés enfin sur le lieu de départ (avec juste 15 minutes de retard), c'est parti pour la grande boucle après avoir bien écouté les recommandation de Mme Fernande, l'emblème du tour, qui n'était pas contente l'an passé parce que les vélotoureux et les vélotoureuses (c'est comme ça qu'on les appelle, les participants) n'avaient pas respecter le code de la route.
Ouais, les gars, on n'est pas chez mémé, les feux rouges, on les brûle pas. Et les stops, on les respecte. Parce que, c'est pas parce que c'est vélo day, qu'il n'y a pas de voitures. Elle a raison Mme Fernande !

Maintenant qu'on y est, y a plus qu'à ! C'est parti pour quelques heures de promenade à vélo dans Dijon et son agglomération.

Voici quelques unes des étapes du tour édition 2013 :

LE ZÉNITH DE DIJON
Avec l'équipe de France Bleu Bourgogne pour une émission en direct sous les yeux des participants.


LA VAPEUR :
Une salle de concerts


LE MUSÉE DE L'ÉLECTRICITÉ (dans le même bâtiment que La Vapeur... assez étonnant !)


LA CUISINE CENTRALE
Située avenue de Stalingrad, c'est là que sont fabriqués tous les repas des bambins en école primaire. L'occasion pour nous, vélotoureux, de prendre un petit déjà (tartelette et café) avant de repartir !


LA REDOUTE ST APOLLINAIRE : 
Un bâtiment militaire sous-terrain à traverser !


LE VÉLODROME ET LE STADE DU DFCO



Mais on compte aussi deux visites des descentes dans des parkings sous-terrain, dont le parking de la Tremouille, une petite pause Pacific (sans alcool et sans sucre !) au cœur du Conseil Général, la traversée du Chat Noir, une boîte de nuit dijonnaise et bien d'autres lieux encore !



Le parcours se composait de deux boucles optionnelles. La seconde permettait de visiter le campus universitaire et de traverser plusieurs bâtiments.





Voilà, j'espère que ce petit récap vous aura donner envie de participer l'année prochaine, à Dijon ou dans une autre ville organisatrice.

Plus d'infos sur www.velotour.fr

2 commentaires:

  1. C'est super original ! Ca donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, mon dieu que j'ai honte... je n'avais vu ton commentaire.. Le Vélotour continue son bout de chemin avec une nouvelle édition tous les ans depuis ce post. Et toujours plus de paricipants !

      Supprimer